Les funérailles de Bhumibol Adulyadej, roi de Thaïlande

Publié le Publié dans informations

Jeudi 26 octobre au matin, une immense procession emmenée par le nouveau roi Maha Vajiralongkorn, en costume militaire d’apparat rouge, a permis d’amener l’urne du roi de Thaïlande Bhumibol Adulyadej jusqu’au gigantesque site de la crémation. Des centaines de soldats en costumes traditionnels multicolores ont avancé au chant des moines devant une foule en pleurs.
Plus de 300 000 Thaïlandais étaient massés, selon les autorités, le long du tracé du convoi funéraire et des dizaines de milliers d’autres se sont rendus à travers le pays dans les temples pour lui rendre un dernier hommage.

La mort du roi Bhumibol Adulyadej, Rama IX dans la dynastie Chakri qui règne depuis 1782, affecte l’immense majorité des Thaïlandais et révèle l’attachement très fort de la population à son monarque. La longévité exceptionnelle de son règne (le roi Bhumibol règne depuis le 9 juin 1946 même s’il n’a été couronné que le 5 mai 1950) explique cet attachement puisque près de 90% de la population n’a pas connu d’autre monarque et qu’il est associé aux mutations de son royaume. Dans les désordres traversés, le roi Bhumipol est resté un repère et un symbole fort, rassurant et structurant.

L’apport personnel de Sa Majesté Bhumibol à la grande transformation vécue par la Thaïlande ces soixante dernières années est indéniable. D’emblée, un fait s’impose: entre le temps où le roi a été couronné et aujourd’hui, la Thaïlande aura connu des changements majeurs, irréversibles et déterminants pour la suite de son histoire.

Rama IX, né à Cambridge dans le Massachussetts (le seul monarque au monde à avoir vu le jour aux Etats-Unis) et élevé à Lausanne (le roi parlait aussi bien le français que le thaï), a pris des risques et assumé des responsabilités réelles pour accompagner ces changements vers le développement, économique comme politique. Le tournant vers la modernité, entamé par son grand-père le roi Chulalongkorn, aura bénéficié en outre de sa connaissance de la scène internationale et la Thaïlande aura été un des pays les plus à même de valoriser la mondialisation pour assurer son décollage. Transition sociale aussi avec un revenu réel par tête multiplié par 10 ; on rappellera que bien avant Thaksin, Rama IX a été le premier à s’intéresser au sort des plus pauvres avec la mise en œuvre du concept d’autosuffisance. Si la transformation n’a pas toujours évolué selon les vœux du monarque, si l’œuvre de transformation reste à achever, Rama IX aura sans aucun doute porté l’effort des Thaïlandais et leur aura donné des clefs d’accès à une modernité durable.

On dit souvent que le roi Bhumibol est considéré comme un demi-dieu par les Thaïlandais. Mais s’il existe un lien existentiel entre le bouddhisme theravada et la monarchie, le roi a d’abord le devoir d’être un exemple. Ce n’est pas tant le statut qui a donné à Bhumibol cette envergure que sa vertu et sa pratique des valeurs bouddhistes. Il a d’ailleurs déclaré que «le succès de la monarchie dépendra de la personne qui s’assied sur le trône plus que du trône lui-même».

Images : getty image
Texte : Sophie Boisseau du Rocher

Laisser un commentaire